Actualités

Résultats du sondage sur l’utilisation des terres publiques

L’été dernier dans le cadre du projet de création d’un parc régional, la Communauté maritime, avec la collaboration d’un étudiant en géographie de l’Université Laval (Frédéric Myrand), a réalisé un sondage dont le but était de recueillir de l’information additionnelle sur l’utilisation des terres publiques.

Comme premier constat, considérant que 1127 personnes ont pris le temps de répondre au sondage (44 % des visiteurs et 56 % des résidents) on peut certainement affirmer que la question de l’utilisation des terres publiques suscite beaucoup d’intérêt. De plus, avec un échantillonnage aussi important, on peut prétendre que les résultats représentent bien ce que l’on peut observer sur les terres publiques.

Pour la Communauté maritime, la création d’un parc régional en terres publiques a toujours été motivée par le besoin d’en assurer une meilleure gestion et un encadrement qui permettra le maintien des activités, mais aussi la protection des milieux naturels. Dans ce contexte, il est rassurant de constater qu’une très grande majorité des répondants partagent cette préoccupation et reconnaissent qu’un meilleur encadrement est nécessaire. Autrement dit la Communauté maritime est plus que jamais convaincue que l’objectif qu’elle vise est le bon.

Quelques constats en chiffres

Activités les plus pratiquées sur les terres publiques

  • Randonnée pédestre (87 %)
  • Baignade (84 %)
  • Pique-nique (76 %)

Parmi les activités populaires, notons aussi la cueillette de mollusques et de petits fruits (41 %), les feux de joie (35 %), la cueillette de bois de plage (25 %), le vélo (24 %) et le VTT (20 %).

Relations entre les utilisateurs

Près de 20 % des répondants disent avoir vécu sur le terrain des conflits avec d’autres utilisateurs.

Surveillance et encadrement des activités sur les terres publiques

63 % des répondants pensent qu’il devrait y avoir davantage de surveillance sur les terres publiques alors que 81 % sont d’avis que les activités qui ont lieu sur les terres publiques devraient être mieux encadrées.

Aménagements sur les terres publiques

85 % des répondants souhaiteraient que des aménagements additionnels soient ajoutés sur les terres publiques, notamment :

  • Poubelles (83 %)
  • Toilettes (70 %)
  • Stationnement (45 %)

Sont également mentionnés des tables à pique-nique (40 %), accès à la plage (39 %) et des aires de repos (31 %).

Le camping sur les terres publiques

17 % des répondants font du camping en VR sur les terres publiques et 16 % en tente. Les résidents sont beaucoup plus nombreux que les visiteurs à pratiquer le camping sur les terres publiques (41 % de résidents contre 14 % de visiteurs pour le camping en VR et 24 % de résidents contre 9 % de visiteurs pour le camping en tente).

La durée du séjour en camping des résidents est significativement plus longue que pour les visiteurs : 66 % des visiteurs rapportent camper sur les terres publiques pour 24 heures et moins, comparativement à plus de trois jours consécutifs pour 56 % des résidents.

Ce sont 75 % des répondants qui seraient prêts à payer pour un accès au parc régional afin d’y faire du camping.

Qu’en est-il de l’évolution de projet de parc régional et terres publiques?

Si la Communauté maritime ne rencontre pas d’obstacle majeur, le parc régional devrait voir le jour en 2022. Le responsable de ce dossier à la Communauté maritime met en ce moment la touche finale au plan d’aménagement et de gestion (PAG), celui-ci étant le document nécessaire et préalable à la signature d’une entente avec le gouvernement du Québec. Une fois cette entente signée, les élus pourront adopter le règlement qui officialise la création du parc.

Une mise en œuvre évolutive et concertée

Bien que les objectifs généraux et les principes directeurs soient clairement définis, la Communauté maritime à la ferme intention de procéder à une mise en œuvre du parc régional avec une approche évolutive et concertée. Le parc régional sera construit un bloc à la fois par et pour les insulaires. Pour assurer le succès de la démarche, toute intervention, particulièrement celles liées à l’adoption de nouveaux règlements, sera précédée d’un processus de consultation, d’information et de communication. Même si nous reconnaissons le besoin de se doter d’un outil de gestion comme celui du parc régional, la Communauté maritime tient à s’assurer que les besoins, les traditions et le mode de vie des résidents soient pris en considération.

En terminant, la Communauté maritime tient à souligner la qualité du travail réalisé par M. Myrand à l’été 2021, ainsi que le dévouement et le professionnalisme qu’il a démontrés tout au long de son stage.

Voir les résultats complets du sondage

Pour toute question relative au dossier du parc régional en territoire public vous pouvez communiquer directement avec le directeur des projets de développement du territoire, Serge Bourgeois, à sbourgeois@muiles.ca, ou au 418 986 3100, poste 115.

Autres actualités

Mérite Ovation municipale – La Municipalité des Îles-de-la-Madeleine remporte un prix

La Municipalité des Îles-de-la-Madeleine est récipiendaire d’un prix dans le cadre du mérite Ovation municipale de l’Union des municipalités du Québec. En effet, la Municipalité des Îles était présente afin de présenter deux projets au Pavillon de l’innovation municipale dans le cadre des Assises 2022 de l’UMQ qui se tenaient les 12 et 13 mai […]

Résidence Plaisance : la Communauté maritime demande une intervention urgente

Le maire et président de la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, demande une intervention urgente du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et de la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, pour trouver une solution dans le dossier de la Résidence Plaisance et reconnaitre le plus rapidement possible l’organisme à […]

Résultats du sondage sur la révision du schéma d’aménagement

En février dernier, la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine a lancé un sondage auprès de sa population concernant la révision du schéma d’aménagement. Par cette démarche, l’organisation souhaitait identifier les préoccupations des citoyens et identifier les enjeux qui leur apparaissent comme étant prioritaires. Après analyse, la Communauté maritime constate que les citoyens partagent avec elle certaines […]

Le conseil souhaite limiter la construction dans les zones agricoles et forestières

La révision du schéma d’aménagement et de développement de la Communauté maritime est bien amorcée. Au centre de cette démarche, on retrouve la question de l’étalement de l’habitat, qui sera inévitablement le sujet de plusieurs discussions et réflexions au cours des prochains mois. *L’étalement de l’habitat se définit comme étant l’implantation de constructions à l’extérieur […]