Projet d'acquisition de connaissances des eaux souterraines

Les Îles-de-la-Madeleine font partie du Projet d’acquisition de connaissances des eaux souterraines. Ce projet, financé à 100% par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, vise à dresser un portrait réaliste et concret des ressources en eaux souterraines du Québec. Ce sont des chercheurs du Département de géologie et de génie géologique de l’Université Laval, sous la direction de Jean-Michel Lemieux et Christian Dupuis, qui s’occupent du territoire madelinot pour un projet de 3 ans qui s’échelonnera jusqu’en 2022.

Les équipes sillonneront le territoire jusqu’au 17 août 2019 afin de réaliser le portrait des ressources en eau des Îles dans le but de les protéger et d’en assurer la pérennité. Le projet doit répondre aux questions suivantes 1) Quelle est la nature des formations géologiques ? 2) D’où vient l’eau souterraine et où va-t-elle ? 3) Est-elle potable et quels usages pouvons-nous en faire ? 4) Quelles sont les quantités exploitables de façon durable ? 5) Est-elle vulnérable aux activités humaines ? Ce travail se fera en procédant à une collecte de données existantes et en réalisant des travaux sur le terrain à l’aide d’instruments de mesure à la fine pointe de la technologie. Les citoyens des Îles ne devraient donc pas s’étonner de voir un VTT tirant une remorque sillonner les routes de l’archipel et rouler également hors des sentiers battus pour avoir accès à des zones plus reculées qui devront également être étudiées.

L’équipe de l’Université Laval travaille en collaboration avec celle de la Communauté maritime des Îles. Cette dernière met à disposition ses connaissances de l’eau aux Îles et toute sa documentation tandis que le portrait global de l’Université Laval sera à la disposition de la Communauté maritime des Îles afin qu’elle puisse planifier son approvisionnement ainsi que la protection et la gestion durable de la ressource.

Rappelons que les Projets d’acquisition de connaissances des eaux souterraines ont débuté en 2008. C’est à la suite du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur les effets liés à l’exploration et à l’exploitation des ressources naturelles sur les nappes phréatiques aux Îles-de-la-Madeleine tenu en 2013 que les Îles-de-la-Madeleine ont été inscrites dans la liste des projets à compléter. Dans son rapport, le BAPE reconnaissait que les aquifères des Îles sont irremplaçables et vulnérables à la contamination par les diverses activités humaines.