Traverse entre les Îles-de-la-Madeleine et l’Île-du-Prince-Édouard - Privilégier le maintien de la propriété locale

La Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine se dit extrêmement préoccupée par l’intention du gouvernement fédéral d’inclure la traverse les Îles-Souris dans un éventuel appel d’offres pour la gestion des traversiers de l’Est du Canada. Depuis de nombreuses années, une entente de gré à gré lie le transporteur actuel, la CTMA, et Transports Canada pour effectuer la navette entre les Îles-de-la-Madeleine et l’Île-du-Prince-Édouard. Or, le gouvernement fédéral a reçu plusieurs avis d’intérêt en regard de la desserte et semble plutôt enclin à l’intégrer dans un éventuel appel d’offres.

Le maire sortant et candidat à la mairie, Jonathan Lapierre, ne croit pas que cette solution soit porteuse d’avenir pour les Madelinots. « Nous déployons beaucoup d’efforts pour renforcer le développement et la diversification économique. Or, les liens de transport entre l’archipel et le continent constituent une des conditions fondamentales de notre développement régional. La gestion de ce service par une entreprise locale est un grand atout pour nous : retombées directes et indirectes majeures en matière d’emplois et d’achat local, entreprise ancrée dans la communauté ce qui facilite les liens, prise de décision rapide et efficace en cas de crise, etc. » précise M. Lapierre.

Par ailleurs, M. Lapierre réfère à l’une des actions du projet de territoire Horizon 2025, adopté par l’ensemble des intervenants socioéconomiques, soit celle de Soutenir le développement des entreprises et privilégier le maintien de la propriété locale. De longue date, toutes les données indiquent que la propriété locale des entreprises contribue efficacement au développement de l’archipel. C’est donc la vision de la Communauté maritime de favoriser un environnement où les entreprises locales peuvent demeurer et progresser. L’exemple de la CTMA est éloquent à ce chapitre.

À l’instar des différents porte-paroles de la collectivité, le maire sortant demande au gouvernement fédéral d’entendre les arguments du milieu qui militent en faveur du maintien d’une entente gré à gré avec le fournisseur de service actuel et d’exclure la traverse entre les Îles et l’Île-du-Prince-Édouard de tout éventuel processus d’appel d’offres.