Stratégie énergétique territoriale des Îles-de-la-Madeleine

Le conseil de la Communauté maritime a adopté la Stratégie énergétique des Îles-de-la-Madeleine 2017-2025. Celle-ci permettra, pour les années à venir, de guider les choix individuels et collectifs de la communauté en matière d’énergie. Ce document est le premier du genre à être adopté par une MRC au Québec.

Afin de mesurer le progrès du territoire sur les enjeux énergétiques pour les prochaines années, la Communauté maritime s’est fixée une dizaine de cibles qu’elle souhaite atteindre d’ici 2025. Parmi les cibles territoriales figurent une diminution de 15 % de l’approvisionnement en pétrole, l’intégration de plus de 9 MW d’énergie renouvelable à la production locale d’électricité ainsi que le maintien du nombre et de la qualité des emplois en lien avec Hydro-Québec.  Par ailleurs, la Communauté maritime vise aussi une réduction de 20 % des gaz à effet de serre (GES) de l’institution municipale bonifiant ainsi une cible initiale de réduction de 12,6 % pour 2019.

La Communauté maritime manifeste ainsi son intention d’assurer un leadership sur les questions énergétiques et aussi sa volonté de guider sa population et ses partenaires. « « Nous sommes fiers de lancer la stratégie énergétique territoriale des Îles-de-la-Madeleine. Notons que la mobilisation des citoyens, des organisations, des institutions et des entreprises du territoire constitue une condition de réussite de cette stratégie. À ce titre, notre rôle sera d’accompagner, d’outiller et de dynamiser le milieu », a affirmé le maire et président de la Communauté maritime, Jonathan Lapierre.

Le premier plan d’action triennal contient donc une trentaine d’actions, en plus de celles déjà en cours de réalisation dans le Plan d’action de réduction des GES 2014-2019 du programme Climat municipalités. Parmi celles-ci figurent l’utilisation du décret sur l’insularité afin d’inciter le gouvernement du Québec à moduler sa politique et son offre de service en énergie, l’acquisition d’un véhicule électrique, la révision du cadre règlementaire concernant les systèmes d’autoproduction et l’orientation des bâtiments ou encore la mise en place d’un service d’informations aux citoyens et entreprises lors de l’émission de permis de construction.

Rappelons que cette stratégie est le résultat du travail et des consultations menés par la Commission consultative sur les enjeux énergétiques, composée de citoyens bénévoles, et par la Communauté maritime.

Plus d'information sur la stratégie énergétique.